Comprendre le blues de l’hiver

LE BLUES DE L’HIVER ! En souffrez-vous ? Quels en sont les symptômes ?

 

L’hiver s’installe à nos portes, la nuit tombe tôt, une envie de cocooning s’installe tranquillement…. et parfois aussi un besoin de s’isoler, de dormir plus, et une sensation que la joie de vivre s’étiole doucement. Souffririez-vous de blues de l’hiver ? Quels en sont les symptômes ? Comment le reconnaître et trouver des solutions ?

Chaque année, le blues de l’hiver touche entre 15 et 20 % de la population française, dès l’automne et jusqu’à la fin de l’hiver. Pour 3 à 5 % des personnes, ce blues évolue même en dépression saisonnière (SAD : Seasonal Affective Disorder). Ce mal affecte plus souvent les femmes que les hommes, les personnes travaillant à l’intérieur, les personnes âgées, mais peut également toucher les enfants. Il se caractérise par un ensemble de symptômes tels que la baisse d’énergie, la perte de motivation, des problèmes de concentration, l’anxiété, la prise de poids, l’irritabilité, une tendance à trop dormir (hypersomnie). Le moral est en berne. On s’isole davantage.

Les causes du blues de l’hiver ne sont pas encore définies et connues avec certitude et précision. Selon la communauté scientifique, la diminution du temps d’exposition à la lumière semble cependant en être la cause principale. Cette diminution a une incidence directe sur la production de sérotonine et de mélatonine, hormones majeures dans la régulation du cycle circadien, ou pour l’exprimer plus simplement, du rythme biologique :

La sérotonine est un neurotransmetteur présent dans notre système nerveux central, la muqueuse du système digestif ainsi que dans les plaquettes sanguines. Communément appelée hormone du bonheur et du bien-être, elle est notamment impliquée dans des troubles tels que le stress, l’anxiété, les phobies et la dépression, et a une incidence sur notre comportement alimentaire et sexuel. C’est la lumière qui favorise la sécrétion de la sérotonine. Lorsque les temps d’exposition à la lumière diminuent, la production de sérotonine baisse également. Ceci a une incidence directe sur notre capacité à gérer nos humeurs, notre stress, mais également à gérer nos envies alimentaires, et plus spécifiquement nos besoins en sucre, d’où une envie de grignoter qui s’installe.

La mélatonine, aussi surnommée hormone du sommeil, est quant à elle produite en l’absence de lumière. Elle débute le soir puis diminue jusqu’au moment du réveil. Sécrétée par l’épiphyse, glande qui se situe dans le cerveau, la mélatonine a pour rôle de réguler vos rythmes biologiques et d’induire le sommeil. Cette hormone a également un impact sur votre humeur, votre appétit et votre énergie.
La diminution de production de sérotonine et l’augmentation de celle de mélatonine seraient donc les principales responsables de votre humeur maussade et de votre irritabilité, ainsi que de votre besoin de grignoter et de dormir durant la période hivernale.

 

Vous reconnaissez l’un de ces symptômes ou vous vous posez des questions pour l’un de vos proches ? Pensez à consulter votre chiropracteur. Il saura répondre à vos questions.
http://www.chiropraxie.com